[AVIS] Le Château des étoiles

par

LE CHÂTEAU DES ÉTOILES

1869, au nom de sa majesté, la conquête des étoiles commence…

 8168

Chronique minute

À la fin du XIXe siècle, la communauté scientifique pense que l’espace est fait d’éther. Cette substance inconnue serait une source d’énergie qui permettrait une fois domestiquée d’explorer les étoiles. 1868 – Marie Dulac, scientifique qui a consacré sa vie à la recherche de l’éther, s’élève en montgolfière pour enfin atteindre l’éther et prouver son existence… mais personne ne pourra attester de sa réussite, elle ne survivra pas au vol. Seuls son mari, également professeur, et son fils Séraphin, restent détenteurs de ses recherches et de son savoir. Un an plus tard, ils reçoivent une mystérieuse lettre faisant allusion au carnet de Marie les invitant au château du roi de Bavière. Celui-ci, fou ou visionnaire, souhaite financer les recherches sur l’éther. En parallèle, Bismark, prince de la Prusse voisine, fera tout pour placer le royaume de Bavière sous sa tutelle. Dans ce 1er  tome, Séraphin, son père et leurs alliés construiront l’éthernef et commenceront à percevoir les plans de Bismarck.

IMG_8536

 

Avis rapide:

Je ne trouve pas ce pitch à la hauteur de l’histoire de ce tome 1, donc avant toute chose courrez acheter ce livre et finissez la lecture de cette chronique après. En tout cas, gros coup de cœur pour moi.

le_chateau_des_etoiles_image1

Tout d’abord cette histoire à la Jules Verne nous entraine vers une aventure romanesque haute en couleurs et en rebondissement. Un fois le postulat de l’éther posé, on se retrouve en proie avec l’Histoire : Bismarck et l’unification allemande qui aboutira à 2 guerres mondiales. Mais n’allons pas trop vite, nous ne sommes qu’en 1869, et c’est justement ça qui donne à l’histoire un intérêt supplémentaire. Attention, ce n’est pas pour autant du steampunk, car il n’y a rien de futuriste. C’est plutôt de l’anticipation basé sur quelque chose de faux : l’éther. Et si tout était vrai ?

chateaudesetoiles-8-600x300

Au niveau dessin, il y a un coté illustration qui ressort énormément de par ces grandes scènes de paysage ou d’architecture autour du château du roi. Le trait est posé, calme, il parait libre et sans contrainte. Les personnages sont légèrement mangatisés (pas tous), mais s’accorde parfaitement aux décors. Ce crayonné emplit de poésie est délicatement rehaussé par une mise en couleur direct pour le plus grand plaisir des yeux.

935_808f0be853fef5a04626a6332d9cb4c2

Pour moi, l’évocation de Miyazaki à la lecture de cette œuvre est méritée. A quand les produits dérivés en animé et/ou jeux vidéo ? Avant tout ça, suite et fin dans le tome 2 dés 2015 !

PlancheS_43180