[TEST] Brave Frontier RPG

par

brave frontier 640x250

 

PRÉSENTATION

Développé par le studio japonais GUMI, Brave Frontier RPG (BFR) est un jeu smartphone, axé sur les combats et le gain d’EXP, ce jeu bien que basique en apparence, saura vous garder auprès de lui de nombreuses heures grâce à une mécanique très efficace et des ajouts bien pensés, il arrive sans soucis à se démarquer des jeux du même genre.

 

GRAPHISMES ET SON

Graphiquement, BFR opte pour un style rappelant les RPG de l’époque 16 bit. Old school certes, mais toujours aussi accrocheur, ajoutez-y un character design rappelant nos bons vieux héros de l’époque (dragon, guerrier, mage…) et hop la nostalgie faisant son œuvre on trouve ça tout de suite pas si mal. Avec un peu d’objectivité, on se retrouve toutefois devant un titre mignon mais pas transcendant. L’univers est quant à lui très coloré, les effets des sorts et les animations sont fluides et sympas.
Au niveau de la musique, c’est un peu la surprise. En effet, certains thèmes sont magnifiques et se laissent écouter avec plaisir. D’ailleurs quelques morceaux ont certainement été inspirés par des mélodie des grands RPGs de l’époque. Pour ce qui est des bruitages et effets sonores, classiques et efficaces pas grand-chose à dire. A noter que les musiques sont déblocables dans le jeu, petit ajout sympa.

GAMEPLAY

Le jeu vous met dans la peau d’un invocateur dont la mission est de traquer un Dieu déchu, Maxwell, Pour cela vous traverserez de nombreuses zones peuplées de monstres et il vous faudra user de vos pouvoir pour pouvoir les traverser ; plus de 200 monstres et héros sont à votre disposition, de l’inoffensif mousseux jusqu’au dévastateur Bahamut, en passant par l’inimitable Mimik (le fameux faux coffre au trésor !), tous seront là pour vous aider dans votre quête contre le mal !!! Alors Maxwell t’as quelque chose à rajouter ??
De la même façon que dans un Pokémon, les monstres de cet univers sont de divers types (feu, eau, tonnerre, terre, lumière et ténèbres). Plusieurs spécialités : magie, combats rapproché, soigneur, boosteur d’attribut, bon à rien. Au fur et à mesure de votre avancée dans le jeu vous gagnerez des unités aléatoirement, cependant pour recruter les invocations les plus rares il vous faudra passer par la case « je dépense des gemmes » que vous gagnez dans le jeu ou grâce à votre portefeuille. Mais n’ayez pas peur BFR n’est absolument pas un pay to win, et de temps à autres les dev donnent 1 gemme par jour pendant 1 semaine, de quoi tenter d’acquérir une unité mégarare gratuitement !
Une fois votre groupe de 5 unités formé, il est temps d’aller taper du vilain. Les combats se déroulent au tour par tour, pour mourir il faut que toute votre équipe soit vaincue. Chaque unité dispose d’un coup spécial appelé « Brave Burst », plus le rang de votre unité sera rare plus le Brave Burst sera intéressant. Il y a aussi une compétence de Leader qui vous octroie tel ou tel bonus selon la bestiole qui mènera vos troupes. Pendant les combats vous aurez également la possibilité d’utiliser des objets que vous aurez craftés au préalable dans votre village mais j’y reviendrai. Un petit ajout sympa : durant les combats, si chacune de vos unités tape en même temps sur le méchant cela infligera des dégâts supplémentaires et permettra de récupérer un peu plus de cristaux de vie, d’argent, ou des cristaux qui font remplir la jauge de BB plus vite. Du coup, cela vous oblige à connaître les temps d’actions de vos unités pour qu’ils s’enchaînent au mieux. Vous pourrez également faire appel au leader d’un de vos amis pour vous aider, petite touche sociale bienvenue.
A côté des combats, vous devrez gérer vos troupes et vos ressources. Pour vos unités vous pourrez les fusionner de manière à ce qu’elles montent en niveau, puis arrivés à un certains lvl vous pourrez les faire évoluer si vous disposez des composants nécessaires. Vous pouvez également vendre les unités inutiles car bien entendu vous êtes limités en nombre (que vous pouvez étendre grâce à des gemmes). Pour ce qui est de votre inventaire, vous disposez d’un petit village qui par l’intermédiaire d’un petit tapotement de doigt sur l’écran vous donnera quelques ressources nécessaires à la fabrication d’objets (potion, antidote, résurrection…). Dans votre village vous pouvez également fabriquer des sphères, ce sont des équipements pour vos unités et cela augmentera certains de leurs attributs une fois équipé. Les composants nécessaires pour la construction des sphères se loot lors des combats.

 

EVENTS et MODE DE JEU

En plus des missions scénaristiques vous pourrez également affronter d’autres joueurs dans un PvP basique et hasardeux. En effet, vous choisirez 5 unités et une fois le bouton « fight » appuyé, l’IA se chargera de simuler le combat pour vous…c’est certes rapide mais du coup vous n’avez pas la main mise sur qui attaque qui, ni sur le déclenchement des Brave Burst..ce qui est parfois un peu frustrant.
Par ailleurs, vous avez aussi les donjons quotidiens réunis dans le Vortex. Ils vous permettent de faire le plein d’or, de composant de craft, de matière pour fusion. Ces quêtes sont un bon coup de main mais coûtent cher en énergie. Quoi de l’énergie ? C’est quoi ça ? En fait chaque jour vous disposez de X énergie, chaque quête vous consommera plus au moins d’énergie selon sa récompense. Elle se recharge soit en faisant autre chose et qui n’a rien à voir, soit grâce aux gemmes (les filous !). Du coup on peut se retrouver vite bloqué dans sa journée. L’intérêt de ce système reste flou mis à part pour faire payer les impatients, car le jeu n’étant pas très communautaire…
De temps à autre il y a également les Events à proprement parler qui vous demanderont de combattre des gros méchants pendant 10 jours environs. Un classement et des récompenses sont à la disposition des invocateurs téméraires.

 

*******

 

AVIS PERSONNEL DU TESTEUR

Brave Frontier RPG est un incontournable si l’on est fan du RPG level-up à l’ancienne. Les graphismes 16 bit, l’effet tout mimi et les références aux RPGs célèbres font que l’on s’attache très vite à ce jeu. Je n’ai pas dépensé le moindre argent pour avancer et je confirme que BFR n’est pas un pay to win. Mais vu le nombre d’heures de plaisir que ce jeu procure il n’est pas non plus honteux de dépenser quelques deniers pour remercier GUMI de son très beau travail.