[TEST] Catherine

par

cath 640250

 

PRÉSENTATION

Suite à une communication marketing un peu floue, montrant des moutons et une jolie blonde, il était difficile de savoir à quel genre pouvait bien appartenir ce jeu. Mais rassurez-vous, même après y avoir joué, il est encore difficile de classer ce titre tellement il ne ressemble à aucun autre. Mélange d’un jeu de réflexion et de scènes de vie (?) Catherine vous plongera dans un univers noir et malsain.

SCÉNARIO

Vous incarnerez Vincent, jeune trentenaire sans histoire. Sa petite amie de longue date, Katherine, souhaiterait que Vincent devienne plus adulte et plus responsable, tout en s’engageant sur le long terme avec elle ; et oui elle veut se marier ! Mais voilà, le soir même de cette annonce, Vincent enfile quelques verres d’alcool histoire de se donner du courage et d’en discuter avec ses potes. Le lendemain matin, il se réveille avec la gueule de bois et en ouvrant les yeux, il découvre le corps dévêtu d’une jolie blonde : la délicieuse Catherine. Sans savoir vraiment ce qu’il s’est passé, le héros se retrouve vite pris au piège et devra faire face à un choix cornélien : se marier avec Katherine, ou la quitter pour s’envoyer en l’air avec Catherine. Mais ne croyez pas que ce jeu se résume juste à une banale histoire d’infidélité, car la nuit vient le temps des cauchemars…

GAMEPLAY

Bon alors comment on joue ? C’est simple, le jeu s’articule autour de 3 phases de gameplay distinctes :

La « Phase de bar » durant laquelle on pourra boire, dialoguer avec ses potes et avec d’autres personnes présentes dans le bar. On pourra ainsi en apprendre un peu plus sur la vie de chacun et sur le monde qui nous entoure. Vous pourrez également sextoter ou non avec vos deux prétendantes. Dans ce bar il y a également quelques quêtes annexes (jouer à Raiponce, jeu sur lequel est basé Catherine, débloquer les musiques du jeu).

Les « Phases de réflexion » interviennent une fois que l’on a quitté le bar et que l’on décide qu’il est temps d’aller dormir. Oui mais voilà, comme Vincent a un peu l’esprit préoccupé, chaque nuit, il fait des cauchemars dans lesquels il se retrouve en caleçon petit cœur, et doit gravir un mur de blocs dans un temps imparti sous peine de mourir atrocement. Pour ce faire, vous ne pourrez déplacer qu’un seul bloc à la fois, vous pourrez le tirer ou le pousser, de manière à vous construire un chemin vers le sommet. Avec le temps les blocs constituant la base de la structure disparaissent, ce qui vous empêchera de vous endormir (vous me suivez ?). Ajouter à ça que chaque chute est mortelle, qu’il existe des blocs aux effets pas toujours sympa (s’effrite lors de votre passage, vous arrache le pied, ne peuvent pas bouger, glisse), que des moutons vous bloquent la route et qu’à chaque fin de stage des boss impressionnants veulent vous zigouiller…croyez-moi ce jeu vous mettra les nerfs à vifs plus d’une fois ! A noter qu’entre chaque niveau certaines techniques de grimpette vous seront données, tachez de bien les maîtriser si vous voulez éviter de finir broyé. Egalement, vous pourrez sauvegarder et jouer au jeu des questions/réponses dans un confessionnal. Chacune de vos réponses aura des conséquences sur la vie réelle de Vincent lors de la prochaine phase.

Les « Phases de cinématiques » qui sont donc les phases où Vincent se retrouve confronté à ses 2 petites amies. Selon vos réponses dans le confessionnal, Vincent agira de telle ou telle manière lorsqu’il sera confronté à un choix. Plusieurs fins sont donc possibles.

En plus de cela, Catherine vous proposera de vous améliorer en grimpant des niveaux générés aléatoirement ou créés par un pote en local, un petit défi  entre grimpeurs pour le maillot à pois rouge. Bref vous l’aurez compris, Catherine vous occupera quelques nuits.

GRAPHISME & SON

L’aventure de Vincent est illustrée par de très jolies cinématiques, rappelant un manga animé. L’intrigue est très bien amenée et on prendra plaisir à suivre l’histoire. Le character design global du jeu est sympa, de même que les différents lieux que vous parcourrez participent à rendre l’ambiance sombre et mystique. De manière générale, on alternera les phases mangas animés (simulation de vie) avec un style plus cartoon pour les passages de réflexion/plate-forme.

Les doublages anglais sont de bonne facture et la bande son du titre est de très bonne qualité. On pourra d’ailleurs écouter les musiques du jeu dans le bar par l’intermédiaire d’un Jukebox.

 

*******

AVIS PERSONNEL DU TESTEUR

Ce jeu est une perle dans le sens où il est original, addictif, relevé et très visuel. L’ambiance est vraiment très immersive, et même si le jeu peut paraître bizarre au début, on trouvera un intérêt certain à vouloir sauver Vincent de cet univers cauchemardesque et malsain. Par ailleurs, je ne sais pas si c’est parce que j’ai la trentaine mais j’ai adhéré à l’histoire et les réactions de Vincent face au poids de l’engagement m’ont rappelé quelques souvenirs. « Katherine » ou « Catherine » telle est la question…

 

[Test réalisé à partir de la version PS3]