[TEST] Batman : The Telltale Series

par

 

Telltale continue sur sa lancée de « videogamiser » des licences connues pour en faire des jeux d’aventure / narratifs. Cette fois c’est au tour de la chauve-souris d’y passer. L’univers s’y prête allègrement alors pourquoi ne pas tenter ?

 

ET C’EST LA MÊME CHANSON…

Comme d’habitude, on retrouve un jeu coupé en 5 chapitres (entre 1h et 1h30 chacun), dans lequel les dialogues vous permettront de faire des choix (enfin presque…). Ce qui est sympa ici c’est que l’on pourra incarner à la fois Bruce Wayne et Batman, donc non, on ne mettra pas que des baffes à des vilains. On pourra même choisir d’aller sur les  différents lieux d’enquête en tant que Batou avec sa panoplie de gadgets, ou en tant que Bruce qui fait quand même moins peur et qui est plus enclin à la discussion. L’aspect enquête, plutôt sympa au début, se résumera en fait à des énigmes visuelles trop simples. Lier des causes aux effets (toujours 2 par 2) et sans forcément y amener un aspect chronologique comme dans un Vanishing of Ethan Carter. Côté action, on retrouve les QTE qui font le taf mais pas aussi bien pensé que dans un The Walking Dead. Bref, c’est la même chose que dans tous les autres sans aucune innovation, et c’est bien dommage.

 

PÈRE ET MAIRE 

Niveau scénaristique, bon c’est du Batman, mais au lieu que ça soit tel méchant qui arrive comme un cheveu sur la soupe pour tout péter, Telltale a choisi d’essayer de donner une raison, un background aux événements. Tout commence dans le domaine des Wayne, Bruce reçoit son ami Harvey, qui tente de devenir maire de la ville. Durant cette soirée de soutien, Carmine Falcone s’annonce et tente de devenir ami avec Bruce. De là, vos enquêtes sur lui et ses actions ainsi que vos rencontres avec des persos emblématiques de la série, vont déboucher sur une intrigue originale mais au rythme en dents de scie… Bien que le début soit sympa, le scénario et certains aboutissements seront prévisibles (carton jaune personnel pour l’explication de la naissance de double face, accident tellement idiot que le charisme du perso s’en est allé…). Toutefois, même si l’écriture n’est pas la meilleure, elle vous tiendra quand même en haleine pour vous donner envie d’aller plus loin.

 

 

IL EST BEAU MON BATOU

Le Cel-shading est maintenant bien maitrisé par Telltale, la représentation de Gotham et des personnages est quasi fidèle au comic, ce qui crée une ambiance immersive… « Quasi » car certains costumes m’ont bien surpris, surtout les masques de Catwoman et du Pingouin, ça reste personnel bien sûr…

Côté bande son, les doublages sont de bonne facture, même si quelques décalages labiaux sont présents. Pour l’OST, je la trouve un peu décevante car mis à part le thème principal qui revient de temps à autre, aucune composition ne m’a frappé. Dommage car, comme dans les films, cet élément aurait pu contribuer à donner du caractère à ce jeu qui, au final, en manque.

 

*******

 

VERY BAT TRIP

Batman : A Telltale Game Series est loin d’être le meilleur des opus de Telltale. Pas d’innovations, des enquêtes rafraîchissantes mais trop faciles et qui n’apportent pas grand-chose, des choix sur l’histoire quasi inexistants vu que de toute manière vous retomberez sur ce qui a été prévu (et ça se voit). Bref, je ne peux vous le conseiller qu’à moindre prix et si l’univers Telltale ne vous a pas déjà lassé. Pour les fans de Batou, l’ambiance est là et l’immersion dans cette Gotham sombre est réussie. Cependant, entre un scénario original mais qui souffre de lenteurs et des persos pas tous charismatiques, on traverse le jeu sans vraiment ressentir d’émotions…

 

[Test réalisé à partir de la version PC]