[TEST] Contrast

par

Contrast_Artwork_06

 

PRÉSENTATION

Jeu indépendant développé par Compulsion Games, Contrast se présente comme un jeu d’aventure/réflexion/plateforme avec une atmosphère bien particulière. Baigné dans un univers mystique et jazzy et basé sur un gameplay à l’allure originale, Contrast a tout pour plaire et séduire le joueur. Mais qu’en est-il vraiment ?

 

SCÉNARIO

L’Histoire se déroule dans les années 20, dans une ville bercée dans le noir et le jazz. Didi, petite fille du coin, est dans sa chambre tranquillement. Sa mère, Kat, essaie tant bien que mal de l’élever seule car le père (Johnny) est souvent absent de la maison. Seule mais courageuse, Didi et son amie imaginaire Dawn vont alors décider de partir à l’aventure pour chercher son père. Dawn ne se montre à Didi que lorsqu’elle est seule et ce sera le personnage que l’on jouera. Bien qu’à première vue le scénario ne soit pas fou (et en effet c’est le cas), l’aventure de Didi sera quand même intéressante à suivre grâce aux secrets familiaux qu’elle découvrira et l’exploration de cette ville aussi mystérieuse que vide. De plus, une bonne partie de l’histoire vous sera contée par les ombres de personnages mises en scènes, ce qui est quand même original et sympa !

 

GAMEPLAY

Jouer à Contrast c’est facile, on déplace Dawn dans les rues de la ville, la plupart du temps en suivant les ordres de Didi. Puis, au moindre obstacle, on se transforme en ombre et on bascule dans un jeu de réflexion/ plateforme assez simpliste en 2D. Tout le côté réflexion viendra du besoin de créer des ombres afin d’établir un parcours qui nous amènera au tableau suivant. Le concept même de jouer avec les ombres est juste frais et super sympa. De plus, certaines énigmes sont plutôt bien pensées et feront travailler un peu vos méninges. Pour autant, la partie gameplay en ombres se limite un peu trop souvent à de la plateforme classique et j’aurais voulu que les développeurs poussent plus loin leur idée et les énigmes car le potentiel était énorme. Par ailleurs, le placement de la caméra pas toujours optimal et la rigidité des sauts rendront quelque fois l’expérience un peu énervante même si rien de bien méchant. Enfin, sachez qu’en plus de l’histoire principale, vous aurez la possibilité de récolter des collectibles qui vous permettront d’en découvrir un peu plus sur le monde de Contrast. Ceux-ci tenteront également de rendre scientifiquement vrai les mystères de cette ville, et c’est plutôt bien pensé.

 

Contrast-4

 

GRAPHISME & SON

Pour moi, l’un des points positifs du jeu est sa bande son. En effet, l’ambiance très cabaret/jazzy/sombre ajoute un cachet certain. Il faut dire que la voix de Laura Ellis (que je ne connaissais pas) est superbe et que le jazz band de Montréal joue quelques morceaux pas crado. Pour la partie graphique c’est un peu plus mitigé si on parle de la technique pure, surtout au niveau modélisation des personnages. Pour autant, la ville en elle-même est assez jolie et les effets d’ombres et de lumières sont eux très bien réalisés. En gros, ça n’en met pas plein la tronche mais tout est cohérent et bien pensé pour permettre une bonne immersion.

 

AVIS PERSONNEL DU TESTEUR

Contrast est un bon petit jeu avec lequel il est agréable de passer quelques heures. Néanmoins, même si l’atmosphère est efficace, avec un scénario faible et un monde un peu vide, on ne peut pas dire que ce soit un excellent jeu. D’autant que originalité du gameplay qui était pourtant très accrocheuse n’a pas forcément été super exploitée. Petit coup de pouce rouge pour la fin qui n’en est pas forcement une, et ça c’est mal !