[TEST] Uncharted 4 : A Thief’s End

par

uncharted-4-1446583659

 

PRÉSENTATION

Développé par Naughty Dog, la saga Uncharted n’a, je pense, plus vraiment besoin d’être présentée. Jeu d’action/aventure inspiré de films comme Indiana Jones ou A la poursuite du diamant vert, cette série est tout bonnement devenu le console seller de Sony. En plus d’être une référence du genre, le titre est aussi devenu une vitrine technologique graphique grâce à ce studio qui, il faut bien le dire, fait quand même du sacré bon boulot. Dernier chapitre annoncé de la saga, que vaut cet opus final ?

 

SCÉNARIO

Pour sa dernière aventure (ou pas), Naughty Dog a décidé de nous entraîner dans la chasse au trésor du pirate Henry Avery qui reste introuvable à ce jour. Même si l’univers de la piraterie reste toujours cool à visiter, il n’en reste pas moins vu et revu et c’est peut-être un peu dommage. Durant cette aventure, nous rencontrerons des personnages nouveaux mais aussi issus des précédents Uncharted. Ce qui est assez intéressant avec cet opus c’est le côté touchant qui se dégagera de Nathan. On incarnera un perso moins Pierre Richard, plus « réel », avec une vie de couple pas toujours évidente à gérer. Une bonne idée je trouve. Globalement le scénario reste sympa à suivre mais les rebondissements et l’intrigue principale manquent d’innovation et d’intensité. Heureusement, le voyage sera une véritable caresse rétinienne ce qui suffira à vouloir découvrir ce que ce monde de pirates nous réserve.

 

GRAPHISME & SON

En effet, le titre est beau, souvent sublime et le jeu prendra d’ailleurs un malin plaisir à vous en faire la démonstration en mettant en scène des points d’observation panoramiques ici et là. La distance d’affichage est très correcte pour une console et les détails affichés, bien qu’un peu grossiers ou noyés dans la brume en arrière-plan, deviennent extrêmement nets lorsque l’on se rapproche. Divers environnements s’offriront à vos yeux, de l’Ecosse à Madagascar en passant par l’Italie, cette aventure vous fera voyager de villes en paysages. Mention spéciale à l’animation faciale et la réalisation de la peau totalement bluffantes. Les effets d’ombre et de lumière ainsi que les moteurs de particules et les effets d’explosion sont tout à fait saisissants. Bref, on en prend plein les yeux.

Côté son, l’OST est assez sympa mais je la trouve moins mémorable que dans les épisodes précédents. Les doublages et dialogues français sont par contre très bons et pas sur-joués. Il y a tout de même un petit défaut, lorsque notre compagnon veut nous tailler un brin de causette il nous faudra rester tout près de lui sous peine de ne rien entendre…

 

GAMEPLAY

Au niveau gameplay, il n’y pas grand-chose de neuf il faut bien le dire. Pas de prise de risque pour ce dernier opus. On retrouve un jeu partagé entre gunfight/exploration escalade/énigmes. Personnellement je regrette que certaines phases d’exploration soient bien trop longues là où les énigmes sont peu nombreuses et bien simples, mais on me répondra qu’Uncharted c’est comme ça alors…

Au niveau de l’exploration, il s’agira comme dans les autres opus de trouver son chemin, bien souvent en escaladant. Le gameplay est facile à appréhender et la progression tracée par des indices visuels qui vous éviteront de rester bloqué trop longtemps. Quand bien même ce serait le cas, le jeu vous indiquera la direction. Petite nouveauté quand même : l’arrivée du grappin qui vous permet, si un point d’accès est disponible, de vous balancer au bout d’une corde et d’atteindre des lieux jusqu’alors inaccessibles. En gros l’exploration se limitera à escalader, trouver un endroit pour grappiner, glisser sur des cailloux, sauter au bon moment, et sur la fin, utiliser un pic en mode Tomb Raider ! Bien que simpliste et parfois un peu longue, l’exploration reste quand même l’un des meilleurs moments du jeu grâce à des graphismes époustouflants mais aussi un level design plus ouvert que dans les opus précédents.

 

uncharted-4-1464012474

 

En effet, sur certaines zones (pas toutes) plusieurs chemins seront possibles pour vous perdre. La recherche du trésor et l’immersion dans l’univers ont ainsi une place plus importante. Cependant, cet ajout est surtout intéressant lors des gunfights. Vous pouvez maintenant tourner autour des ennemis pour les prendre par surprise. Vous pouvez aussi vous cacher dans les hautes herbes et ainsi rester furtif. L’apparition d’une jauge de repérage permet de voir si l’IA vous voit ou pas. Blanc c’est bon, jaune elle est en mode suricate et rouge vous êtes repéré. La possibilité de marquer les ennemis et d’avoir assez de place pour tourner autour ajoute un côté « stratégie-infiltration » bien venu. Pour autant, les zones de gunfights classiques seront aussi de la partie ne vous inquiétez pas. Je ne m’étendrai pas sur le système de combat qui est semblable aux autres opus mais qui pourrait par ailleurs faire l’objet d’une critique tellement le système de couverture semble archaïque face à l’évolution graphique. En effet, à la sortie de couverture, il vous arrivera parfois de faire un saut de cabri ou une roulade rendant la caméra folle. C’est comme si Naughty dog avait oublié une animation de sortie de couverture ! J’exagère un peu mais je pense ne pas être le seul à qui c’est arrivé. Les combats au corps-à-corps sont pareils qu’avant et les animations sont assez souvent les mêmes. Punchy mais pas foufou, voilà ce qu’on retient. L’IA, quant à elle, n’est pas forcément ouf en normal, mais les grenades arriveront quand même bien souvent à côté de vos fesses, vous obligeant à ne pas rester statique.

Même si ces lignes peuvent paraître sévères, U4 vous procurera du plaisir et du fun grâce à de bonnes mises en scènes et à des environnements bluffants, mais il faut bien comprendre que les passages de gunfights ne sont pas vraiment mémorables et sans réelles idées novatrices, dans la lignée des autres opus. Cela ne vous empêchera pas de vous amuser mais il me semblait important de le souligner.

 

MODE MULTI

Après un mode solo qui dure une bonne dizaine d’heures, voire plus si vous voulez trouver tous les trésors disséminés dans le jeu, vous aurez peut-être envie de prolonger l’expérience Uncharted4. Et c’est là que le multijoueurs arrive. Plusieurs modes et défis vous sont proposés. Tout d’abord les épreuves (au nombre de 15), sorte de défis valables dans plusieurs modes de difficulté. Pour réussir vous devrez par exemple ranimer tant d’alliés dans un temps impartis, ou bien tuer tant d’ennemis à la grenade etc… Puis, les fameuses parties en ligne classées ou non avec plusieurs modes de jeu : Le deathmach et capture the flag, jouable sur un total de 8 arènes reprenant des environnements du jeu solo.

Chacune de ces activités vous permettent de débloquer de l’argent virtuel et des reliques (2eme ressource d’échange), qui dépensées dans la boutique, débloqueront des personnages jouables (comme Chloé) et divers aspects de customisation. De l’argent réel est bien sûr aussi accepté.

Pas forcément incroyable mais ayant le mérite d’exister, ces modes vous permettront de retoucher au jeu sans prise de tête.

 

AVIS PERSONNEL DU TESTEUR

Pour moi Uncharted 4 est un jeu graphiquement irréprochable mais dont le système de combat n’a pas suivi l’évolution technique. On se retrouve avec un système de couverture archaïque et pas toujours intuitif, dans un monde splendide au scénario classique, plongé dans une aventure déjà vue mais sympathique. Donc oui, c’est un bon jeu qui termine (ou pas) la série des Uncharted comme il faut et qui, je pense, restera comme l’un des plus beaux jeux vidéo de cette génération, mais un peu plus de créativité et de fluidité dans le gameplay auraient apporté un grand plus.