[TEST] Tomb Raider

par

20609203.jpg-rx_640_256-b_

 

PRÉSENTATION

On ne présente plus cette licence ni son héroïne tellement elle est ancrée dans le patrimoine vidéo ludique. Et pourtant, Lara a subi de nombreux lifting, dans des suites, spin-off ou reboot sans que l’essence et la magie des premiers épisodes n’arrivent à être égalées. C’est dans un contexte de « tiens encore un Tomb Raider » que Crystal Dynamics vient tenter sa chance.

SCÉNARIO

Si le jeu a quelques atouts originaux, le scénario n’en fait pas partie. En effet, votre aventure commence sur un bateau sillonnant l’Océan Pacifique à l’Est du Japon, à la recherche de vestiges du royaume de Yamatai. Lara et ses compagnons  se feront chahuter par une tempête, et leur bateau s’échouera sur une ile mystérieuse. Cette dernière est habitée par les Solarii, peuple qui voue un culte à la reine Himiko. Lara finit par reprendre conscience la tête en bas, ligotée, avec pour compagnie un autel réservé aux sacrifices humains. Même si le background et le scénario en général sont d’un classicisme absolu, cela est vite compensé par l’évolution de notre héroïne dans ce monde hostile… en gros l’histoire on s’en moque, on veut juste faire survivre Lara et la faire devenir plus forte. Les personnages secondaires sont à peine développés, même si certains sont charismatiques…dommage.

 

GAMEPLAY

Comme vous l’aurez compris, dans cet épisode c’est la survie de Lara qui prime…mais le problème c’est que les développeurs ont préféré axer l’aspect survie sur de l’action pure et simple plutôt que sur un aspect gestion de besoins ressources. Vous me direz, c’est évident sinon ce ne serait pas un Tomb Raider, et c’est un argument valable, mais mis à part au tout début du jeu où l’on sent que notre héroïne est fragile (ce qui dure 30 min environ), le reste du temps on va pouvoir dézinguer des hordes d’ennemis sans vraiment trop de problème. Il est dommage de ne pas avoir plus insisté sur la courbe d’évolution de Lara ce qui aurait donné encore plus d’importance à la tension, au danger qui l’entoure. Cependant, les mises en scène, le rythme du jeu feront que vous vivrez cette aventure avec tension et vous serez comme aspiré. En fait ce reboot donne un coté film d’action pas désagréable. De plus, même si les composantes de la licence sont bien présentes : action, exploration, énigmes, elles ne sont pas mises en valeurs de la même manière. Les énigmes sont faciles et discrètes, l’exploration est assez compliquée…en fait on se retrouve comme dans un Uncharted : un faux couloir avec une belle vue, ce qui nous donne une impression de liberté. Liberté que l’on a mais, stopper soi-même le rythme de l’histoire pour aller chercher toutes les lettres, ce qui peut nous prendre un certain temps, reste quelque chose à faire lors d’une deuxième partie mais qui ne sera pas forcément fait consciemment lors de la première. L’action quant à elle est présente partout, mise en scène de manière spectaculaire, faisant participer le joueur par l’intermédiaire de QTE (Quick Time Event) et participant au fait que l’on se dise « mais qu’est-ce qu’elle prend Lara ! ».

Pour le gameplay général, on se rapproche également fortement d’un Uncharted. Mis à part l’aspect chasse à l’arc (mais qui n’a pas grand intérêt dans le jeu), on se retrouve à enchaîner les gunfights. Ceux-ci sont nerveux, avec une difficulté croissante, le bestiaire n’est pas bien étoffé mais cela suffit. Il existe un système de couverture automatique qui fonctionne bien, mais l’IA ne vous laissera pas vous cacher pendant 3h derrière un abri. Tout au long de l’aventure, Lara disposera d’un piolet pour le corps à corps, et de 4 armes : fusil à pompe, pistolet, fusil d’assaut et arc. Vous pourrez faire évoluer votre équipement progressivement dans le jeu. Certaines de ces évolutions sont directement liées au scénario et vous permettront d’acquérir de nouvelles aptitudes. Une fois renforcé, votre piolet vous donnera par exemple la possibilité de découvrir les joies de l’escalade tandis que votre arc combiné avec une corde vous servira à installer des tyroliennes ou vous tiendra lieu de grappin.

 

QUÊTES ANNEXES & MULTIJOUEURS

Si vous explorez bien l’île, vous pourrez trouver certains items à collectionner et quêtes optionnelles : des balises GPS, des reliques diverses et variées, des journaux écrits qui apportent une véritable profondeur au background de l’île et de ses habitants, des petits challenges et même sept tombes qui vous proposeront toujours une petite énigme plutôt sympathique. Ces derniers sont basés sur la maîtrise des différents éléments et s’appuient sur le moteur physique du jeu. Si vous n’y arrivez pas, vous pourrez toujours faire appel à l’instinct de survie de Lara qui met automatiquement en surbrillance les éléments du décor avec lesquels vous pouvez interagir.

Pour ce qui est du mode online, Lara fait des débuts timides : quatre modes (Team deathmatch, Free for all, le mode Rescue revisite le Capture the flag, tandis que le Cry for help est un King of the hill un peu plus musclé), cinq maps différentes dans des parties qui ne rassemblent pas plus de huit joueurs. On est tout de même en droit de se demander ce qu’apporte vraiment le multijoueur car mise à part un peu de background supplémentaire, et même si un mode de jeu supplémentaire est toujours bon à prendre, on a du mal à se dire « tiens je vais faire du frag à Tomb Raider ».

 

GRAPHISME ET SON

Graphiquement, le jeu est superbe, les effets de lumière sont très jolis et les mises en scènes sont fluides, spectaculaires et prenantes, le tout accompagné d’une bande son magnifique. Le nouveau design de Lara est très réussi et l’ambiance macabre, mystique et dangereuse de l’île est vraiment bien rendue. Bref, un très beau travail de ce côté-là.

 

 *******

AVIS PERSONNEL DU TESTEUR

J’ai pris beaucoup de plaisir à jouer à ce jeu, même si je regrette un peu l’aspect survie peu exploité ou bien l’évolution de Lara que j’ai trouvée trop rapide. Néanmoins, j’ai dévoré ce nouveau Tomb Raider et pour moi cela ne fait aucun doute Crystal Dynamics a réussi son pari, ce reboot est réussi (même s’il reprend peut être un peu trop Uncharted, qui avait surement dû s’inspirer lui-même des premiers Tomb Raider, il est vrai.)

 

[Test réalisé à partir de la version PC]