[AVIS] Enfer et Paradis

par

Tenjo Tenge de son nom japonais, n’est pas un shojo, comme la traduction française de son titre pourrait le sous-entendre. Par contre entre shonen et seinen, dur de lui choisir un genre. Les héros, entraînés de combats en combats, se lancent dans une quête de puissance, comme dans tout shonen. Mais la complexité de l’histoire, la violence des combats et le caractère osé de certaines pages ne destinent pas cette œuvre à un jeune public.

Bob et Soichiro vivent pour la baston, ils passent de lycée en lycée pour se faire les poings. Jusqu’à ce que leur entrain soit stoppé par les élèves de la Todo Academy, lycée spécialisé dans les arts martiaux. Ils se décident donc à s’entraîner au sein du club de Juken, un petit club mis à l’écart au sein du lycée. Le prochain tournoi d’arts martiaux du lycée sera l’occasion, pour eux, de tester leurs nouvelles capacités, de se venger du club des Exécuteurs qui fait régner la terreur dans l’établissement et d’en apprendre plus sur les relations complexes entre élèves du lycée et familles régnant sur le monde des arts martiaux.

imageenferok

Enfer et Paradis ne joue pas sur la vraisemblance de son histoire. Et quand je parle d’arts martiaux il faut voir du chakra, de la foudre et du feu, des yeux magiques et de l’exorcisme. Et plus on avance dans le manga plus les combats sont titanesques et la narration alambiquée. Son auteur Oh! Great (oui c’est son nom, ‘fin son pseudo) est connu pour « partir en cacawète » assez facilement au cours de ses œuvres (c’est aussi le cas dans Air Gear un de ses mangas plus récent). Le nombre de personnages devient énorme, les complots et les factions ennemies s’accumulent et les références aux mythes et religions asiatiques nous embrouillent. Pour apprécier Tenjo Tenge, il faudra savoir se laisser porter par une histoire brumeuse et une exagération exponentielle, aussi bien dans les combats que dans la taille des seins.

enferboobs

Z’avez vu ces… ah flûte c’est tout petit dis-donc !

Oui parce que Oh! Great adore dessiner ses personnages féminins sans leurs vêtements. Et vu la qualité de son coup de crayon c’est vraiment un plaisir. En plus il nous soigne avec des mini-posters dans les tomes reliés et des doubles pages exquises. Pour prévenir tout commentaire mesquin, signalons qu’Enfer et Paradis est un de ses premiers mangas, dont la production a duré plus de 10 ans. La qualité du dessin des premiers tomes n’a rien à voir avec celle des derniers. Mais vraiment rien à voir. Autant vous le dire carrément, c’est pour moi un des meilleurs dessinateurs de manga (allez disons ex æquo avec l’auteur de Berserk). Et si je dis pas le meilleur, c’est pour ménager votre susceptibilité. D’habitude une histoire pas claire ça me rebute, d’habitude le style grosse moto tunée, flamme sur le jean et tatoo de dragon c’est pas mon truc, mais je pense vraiment que le style d’Oh! Great est capable de tout faire aimer. Vous connaissez ce sentiment, vous voyez une fringue carrément moche, puis une nana toute canon la met et ça devient une sape trop stylée ? Bah là c’est pareil, quand je lis ce manga j’ai envie de m’acheter un long manteau avec un dragon et des fleurs sur la doublure interne. Je ne me reconnais plus !

enferdessin1ok

Tome 1

enferdessin2ok

Tome 10

 

Signalons aussi que, dans les premiers tomes, en plus des dessins, la traduction française laisse franchement à désirer, surtout le nom des attaques, problème récurrent des traductions dans les années deux mille.

 

Quelques mots sur l’adaptation animée de ce manga : elle est réalisée par le studio Madhouse (également à l’œuvre sur Hunter x Hunter version 2011 et One Punch Man) et c’est un gage de qualité, bonne animation, bons dessins et bonne bande son, je vous en mets un exemple avec le générique Bomb a Head que j’aime toujours autant réécouter.

Il faut dire aussi que l’anime n’arrive pas jusqu’à la fin du manga, loin de là. Il s’arrête en fait juste avant que l’histoire s’emballe complètement.

 
Je conseillerais donc chaleureusement ce manga pour peu que vous aimiez le combo baston/nichons et que ça ne vous dérange pas d’être largué par l’histoire, la beauté du dessin et des combats y palie largement. Et je conseillerais son auteur Oh! Great pour toute son œuvre (notamment ses artbooks et autre H*nt*i, Oh! Mondieu).

 

enferimagefinok