[AVIS] Berserk

par

Dans une ambiance médiévale fantastique, nous retrouvons Guts. Mercenaire dès son plus jeune âge, il se retrouve un jour engagé par une troupe de mercenaires, la troupe des Faucons, avec laquelle il découvrira le monde. Pour finalement être trahi par la personne la plus proche de lui…gatsujeune

 

Dans ce seinen, le héros de l’histoire peut être décrit comme un anti-héros qui tout en ayant les qualités d’un héros classique de manga (courageux, fort, parfois peu subtil…) ne renie pas sa partie sombre.

L’histoire est essentiellement tournée vers le personnage de Guts sans s’attarder sur les autres jusqu’au moment de son intégration à la troupe de mercenaires des Faucons. A partir de ce moment, Kentaro Miura va décrire plusieurs personnages jouant les rôles principaux au sein de la troupe. Malgré tout, seuls 3 protagonistes sont réellement développés. Suite à l’arc des Faucons, l’auteur va vouloir se rapprocher d’un manga classique avec une place plus importante sur le point de vue des compagnons de Guts.

L’évolution de notre héros se fait dans un monde médiéval fantastic, c’est à dire violent et où certains adversaires sont des démons.

Cela ne l’empêche pas de parcourir le monde afin de pouvoir vivre de son métier (mercenaire si vous vous souveniez plus) puis par la suite pour pouvoir réaliser sa vengeance.

 

image 1 berserk ok

 

Pour ce qui est de l’action, Berserk n’en manque pas. Nous sommes transportés vers un monde moyenâgeux où la violence est omniprésente avec les combats qui en découle. Ensuite vous êtes dans un seinen, ne vous attendez pas à voir de la censure dans les dessins.

Kentaro Miura nous gratifie de dessins de qualité, assez fluide même en cas de mêlée lors des combats.

 

image 3 bis berserk ok

 

Ce manga est pour moi une pure pépite de la première page à la fin de l’arc sur la troupe des Faucons. Ensuite l’auteur semble petit à petit se perdre dans son histoire, il semble ne plus savoir comment faire avancer, évoluer ses personnages. Du coup, on se retrouve avec des phases de combats qui se rallongent inutilement et une histoire qui n’avance plus.

Tout ça pourrait être une justification d’un temps de sorti des chapitres de plus en plus long. Aura-t-on un jour une fin ?

Critique croisée par Opi

 

Ce qu’il faut bien souligner à propos de Berserk c’est que ce manga est une véritable Bible de la dark fantasy. Il regroupe tous les codes du genre, les compile, les fusionne et les réinvente. La série de Kentaro Miura fait partie de ces œuvres qui rassemblent de nombreuses références et qui dans le même temps servent de base à l’imagination de tout un tas d’auteurs. On peut par exemple citer ici Dark Souls, tout à fait dans la veine de Berserk. Je n’hésiterai pas à rapprocher cet état de chose de l’univers de Tolkien. A plus petite échelle certes, mais avec cette même force d’unification de références dans un monde cohérent et de source d’inspiration de nombreuses œuvres plus récentes.

Gon l’a bien dit, vous avez un univers très noir, très violent, un héros sombre et solitaire, on nous parle de démons, de viol et de vengeance. On peut y éteindre le feu par le sang, les larmes par le crime, l’amour par la haine (chu un poaîte). Mais par contre là où mon avis diverge de celui de Gon, c’est que je n’ai pas été, comme lui, aussi marqué par « l’arc des Faucons ». Pour moi ce passage n’est qu’un flashback, il est long, intéressant et tout à fait essentiel à la compréhension du héros, mais le fond de l’histoire m’a plutôt semblé se jouer autour de deux problématiques : à quel moment un héros très sombre et haït, fait-il le bien et à quel moment un méchant très lumineux et aimé de tous, le mal ? Et comment Guts petit-à-petit revient à la vie, redécouvre une certaine lumière et réapprend à faire confiance à ses compagnons ? Et ces deux enjeux prennent véritablement forme une fois la base de l’histoire posée, c’est-à-dire après l’arc des Faucons. Je n’ai donc pas eu cette sensation que l’auteur se perdait en route. C’est vrai que la parution chaotique peut donner cette impression mais j’ai eu la chance de presque tout lire d’une traite, assez récemment et ça m’a vraiment plu de bout en bout. Surtout quand on voit que le dessin gagne véritablement en qualité et devient tout simplement admirable, dans les derniers tomes parus on voudrait pouvoir lire certaines pages en format poster tellement c’est beau et immersif !

Bon de toute façon au-delà de mon avis, si vous aimez la fantasy et que la noirceur glauque et dégueu ne vous rebute pas, vous n’avez pas le choix, Berserk est une œuvre majeur, vous ne pouvez pas passer à côté !

Et pour terminer cette fois je ne vous parlerai pas de la série animée, elle existe, c’est vrai, mais est assez peu fidèle au manga et elle finit en eau de boudin. Bref elle vaut pas le coup et donc… même pas de trailer ! Mouha !

berserk portrait

Edit du 5 février 2016 : Après l’annonce il y a quelques mois de la reprise du crayon par Kentaro Miura, on apprend aujourd’hui qu’une nouvelle adaptation animée de Berserk verra le jour en juillet prochain. Que du bonheur !