[TEST] Virginia

par

 

Vous connaissez Twin Peaks ? X-Files ? Firewatch ? Et bien Virginia est un jeu qui empruntera un peu aux trois pour tenter de vous proposer un titre original, même si le genre, lui, l’est moins. En effet, Virginia est un jeu narratif à la première personne et autant le dire de suite, il s’agit plus d’un film interactif que d’un véritable jeu.

 

JUSTE UN DOIGT

L’histoire prend place aux Etats-Unis, en Virginie, dans la petite ville de Kingdom. L’héroïne, Anne Tarver, jeune recrue du FBI, se verra affecter, en guise de première mission, l’enquête sur la disparition inexpliquée d’un petit garçon. Comme vous pouvez vous y attendre, cette enquête sera plus compliquée que prévu et emmènera Anne sur des pentes dangereuses, sinistres, avec un soupçon de surnaturel.

Ce qu’il est important de savoir avant de se lancer dans ce titre, c’est qu’aucun son ne sortira de la bouche des personnages, pas de dialogues, donc pas d’interaction de ce côté-là pour le joueur. Seules les animations faciales et gestuelles un peu surjouées, voire rigides, vous raconteront l’histoire. Original ? Frustrant ? Sûrement un peu des deux, mais au final ce parti pris ne perturbe pas l’avancée.

Durant l’heure et demie d’enquête qui vous attend, votre seule interaction en tant que joueur sera de déplacer le personnage et d’appuyer sur une touche pour lancer le script suivant. On est dans le cas le plus simpliste d’un jeu narratif. Ce qui peut s’expliquer par l’importance donnée au scénario par les dev. Néanmoins, c’est surtout au niveau de l’exploration que cela paraîtra frustrant : on visite pas mal de lieux, on croise pas mal de perso, mais au final on n’a aucune liberté… Et dans un thriller comme celui-ci, d’autant plus avec les environnements proposés, c’est dommage car l’immersion est là, mais on ne peut la toucher que d’un doigt…

 

 

LA BANDE SON : CHECK

Autre parti pris tenté, celui de choisir un côté presque cartoon qui rappellera Firewatch. Au final, et c’est personnel, je me dis que ce choix est plutôt cohérent avec le fait que les perso ne parlent pas. Il fallait permettre de grossir certains traits ou émotions, et quoi de mieux que cet effet ? Au niveau de la musique, alors là par contre, pas d’hésitation, c’est du bonheur. Interprétée par l’orchestre philharmonique de Prague, la bande son est juste ce qui fera entrer pleinement le joueur dans cette histoire, rendant parfois un déplacement dans un couloir carrément épique ou une révélation, aussi prévisible soit-elle, terriblement incroyable. Bref, sans cette OST le jeu aurait pu être bien pire.

 

*******

 

LA VÉRITÉ EST AILLEURS…

Virginia est un titre étrange, bourré de bonnes idées, mais alternant le bon et le mauvais. Son scénario faisant allusion à des séries marquantes comme X-Files nous bercera de nostalgie, tout en étant bien trop obscure, abrupte et confus pour le comprendre. L’ambiance sonore et le parti pris graphique sont plutôt bons, mais la linéarité et le manque de liberté laissée font qu’on ne peut sortir que frustré – voire presque insensible – de ce jeu qui, pourtant, n’était pas loin d’être très bon.

 

[Test réalisé à partir de la version PC]