Close

Login

Close

Register

Close

Lost Password

[vc_row el_class= »tata »][vc_column width= »1/2″ el_class= »infobox »][vc_column_text]Développé par : Crate Entertainment

Genre : RPG, Hack’n Slash

Joueur: 1-4

Accessibilité[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/2″ el_class= »infobox »][vc_column_text]Sortie le : 25/02/2016

Français: non

Prix à la sortie: 25 euros (PC)

DLC: non[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text][review][/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text el_class= »textonleft »]

Grim Dawn est un action-RPG (diablo-like) sur PC qui a pu voir le jour grâce au succès de sa campagne Kickstarter qui, en 2012, a permis de rapporter au tout jeune studio Crate Entertainment plus de 500 000$. Une partie de ce studio a été créé par des anciens de la team Titan Quest (sorti en 2006) et a pour objectif de renouveler l’exploit de son aîné. On va donc vérifier durant ces quelques lignes, s’ils ont réussi ce tour de force.

QUOI ? UN SCÉNARIO ?

L’histoire de Grim Dawn nous place dans la peau d’une femme ou d’un homme tout ce qu’il y a de plus basique (pas d’histoire, amnésique et sans créateur de personnages) qui est sauvé au dernier moment par le capitaine d’une colonie retranchée dans une prison. Et sans plus de bavardages et d’explications, on part en quête pour remercier notre bon samaritain de son geste.

Dès les premiers instants de jeu, Grim Dawn nous dépeint un univers sombre où les monstres et le gore ont la part belle, ce qui peut déjà suffire à combler les fans des deux premiers Diablo qui se sont sentis délaissés par le troisième opus, mais très clairement cela ne suffit pas. Le scénario de Grim Dawn, comme dans beaucoup de jeux du genre est plus un prétexte pour nous forcer à visiter de vastes plaines, donjons ou cachots à la recherche de monstres à occire qu’un véritable plus pour motiver le joueur à terminer l’histoire. Certes, il y a des livres qui permettent d’approfondir le background et l’ensemble du jeu est cohérent, mais le scénario reste trop classique et ne constitue pas un moteur pour continuer l’expérience. On se surprend même après quelques heures à passer rapidement les différents dialogues et à simplement se diriger vers les étoiles qui marquent sur la carte les lieux ou ennemis importants.

Concernant sa durée de vie, on ne pourra pas reprocher à Grim Dawn d’être avare en contenu. Un premier run va vous prendre au bas mot plus d’une cinquantaine d’heures. A ça, on peut rajouter les différentes quêtes annexes qui nous poussent à visiter des contrées moins mises en valeur par l’histoire, de nombreuses bounty (chasses) qui nous permettent de mettre un terme à la vie des pires crapules du jeu, les donjons « cachés » haut niveaux qui mettent à rude épreuve nos héros… Et tout ça dans le but de trouver le loot ultime, qui est presque une quête interminable.

 

DAWN OF WAR

Concernant son gameplay Grim Dawn reste classique, mais ce qu’il fait, il le fait bien, voire même très bien ! Il reprend les grandes lignes de son grand frère Titan Quest en mettant à l’honneur le multiclass. Le premier niveau passé permet au joueur de choisir sa classe principale, parmi les 6 (Soldier, Shaman, Occultist, Demolistionist, Arcanist, Nightblade). De manière simplifiée, il y a un guerrier, un assassin et différents types de mages (feu, électrique, summoner). Cela peut paraître limité, mais au final chaque classe peut se jouer de plusieurs manières différentes. En effet, lorsque l’on passe niveau dix, on peut choisir une seconde classe qui va pouvoir compléter la première. Ici, pas de limite à l’imagination car chaque combinaison reste potentiellement viable avec le bon choix de compétences et d’équipements. On pourra créer par exemple un assassin qui se bat avec une arme dans chaque main et qui invoque des bêtes capables de prendre l’aggro des ennemis.

En parlant de compétences, chaque classe peut être augmentée jusqu’au niveau cinquante, et ces niveaux de classes permettent de débloquer de plus en plus de sorts ou de passifs. Le joueur pourra plus ou moins à l’infini remanier son arbre de compétences, moyennant une petite somme d’argent à un PNJ de la ville principale (seuls les points alloués au niveau de classes ne peuvent être réattribués). Une des dernières mises à jour, avant la sortie officielle du jeu, a permis d’amener le système de dévotion qui vient se greffer aux arbres de compétences. Ce sont des constellations qui permettent d’obtenir des attributs, voire des sorts, afin d’améliorer davantage votre héros. Sans être révolutionnaire, surtout pour ceux ou celles ayant déjà touché à Titan Quest, Grim Dawn amène un système de montée en compétences vraiment plaisant et assez peu contraignant avec une capacité de customisation élevée.

Une autre grosse partie du jeu est le système de loot. Ici, pas de loot limité à sa classe, un soldat pourra trouver un livre de nécromancien et inversement. Cela pourrait amener une certaine frustration, mais l’algorithme qui gère le taux de drop reste généreux avec le joueur. Pendant que l’on est à parler de loot, il existe plusieurs types de classes d’équipements qui vont de standard à légendaires et le jeu nous permet de n’afficher que les loot à partir d’une certaine catégorie. Cela permet d’alléger notre écran de tout ce qui n’a pas d’attrait à nos yeux. De plus, les développeurs ont mis en place un système de factions. Il y a les factions qui regroupent les différents types de monstres et plus on en tue et plus la haine envers nous va augmenter, ce qui entraînera l’apparition de plus en plus de boss de cette race. Et il y a celles correspondant à chaque ville qui permettent d’accéder à de plus en plus de marchandises au fur et à mesure que notre jauge de « respect » augmente.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column el_class= »pouet »][vc_video link= »https://www.youtube.com/watch?v=BfABNZqU-PA » el_class= »textonleft »][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text el_class= »textonleft »]

Et si notre casseur de crâne n’arrive pas à trouver son bonheur dans les tripes ou poches de ses ennemis, il pourra toujours se tourner vers le forgeron pour créer son stuff ultime si bien sûr il possède les ingrédients nécessaires. Et là, on touche au cœur d’un des problèmes du jeu : les menus. Ils ne sont clairement pas les plus ergonomiques qui soient. Par ailleurs, on possède un sac principal et plusieurs petits sacs pour éviter des allers-retours trop incessants mais ils restent trop limités car par exemple dès les premières dizaines d’heures passées, notre sac principal ne sert qu’à contenir nos ingrédients et potions. On possède bien un coffre dans lequel on peut déposer les items en faisant Shift + click, mais on sera obligé de faire cette opération assez souvent en allant voir le forgeron vu que les ingrédients du coffre ne sont pas reconnus automatiquement, ce qui rend malheureusement la tâche un peu trop fastidieuse.

 

DIABLO MENTHE

On ne va pas se le cacher, la partie graphique du jeu n’est pas le point fort de Grim Dawn. Le moteur utilisé nous paraît un peu daté pour 2016. De plus, le premier acte n’est vraiment pas dépaysant, on passe plus ou moins les dix premières heures dans des plaines marron /verdâtre qui nous rappellent « les plus belles heures » de l’Unreal Engine. Les choses s’améliorent au fur et à mesure que l’on avance dans le jeu et certains passages peuvent même paraître réussis, surtout quand le système de cycle jour-nuit et climatique apporte la bonne teinte et la bonne palette de couleurs à une zone. En outre, les développeurs ont apporté un grand soin aux sorts et à la lisibilité dans les combats. Malgré des packs de monstres toujours plus importants et un déluge de sorts à l’écran, on arrive toujours à se repérer et à dérouler notre routine de combat et de rotations de sorts, sans perdre le fil.

Une autre chose qui concerne plutôt la partie technique, comme tout bon jeu sur PC, un nombre assez conséquent d’options graphiques permet de faire tourner le jeu sur des configurations plus modestes.

Concernant la partie Sound design, Grim Dawn s’en sort avec les honneurs. Les nappes sonores, bien que trop peu nombreuses, accompagnent notre aventure de belle manière. Elles font ressortir la noirceur des lieux et des histoires que les différents PNJ nous dépeignent durant l’aventure. La musique passe d’une ballade plutôt gothique basse / guitare / batterie, à un rock plus frénétique pendant les combats de boss. Les bruitages ne sont pas en reste et retranscrivent parfaitement la brutalité des combats.

Mais le gros point fort du jeu à mon sens dans cette partie est le soin apporté par les designers pour nous décrire la brutalité et la puissance des coups que l’on assène à nos ennemis. L’écran tremble à chaque coup de semonce, le bruitage de l’impact résonne dans notre casque et les ennemis volent de plusieurs mètres après une attaque fatale. Cela rend l’avancée jouissive et on n’a qu’une hâte, c’est de trouver le pack de mob suivant pour leur montrer de quel bois on se chauffe.

Sinon, on peut arpenter Grim Dawn soit en solo, soit en multijoueur. Il y a quatre niveaux de difficultés qui se débloquent à chaque fois que l’on termine le jeu. J’ai fait deux parties différentes avant de rédiger ce test, une en solo où le jeu n’a pas bronché d’un iota, une seconde en multijoueur qui, en revanche, a essuyé beaucoup plus de bug qui bloquaient complètement l’ordinateur et m’ont forcé à passer par un redémarrage manuel. Les développeurs ont déjà annoncé qu’ils allaient continuer à faire vivre le jeu et à corriger les différents bugs de stabilité.

ENCORE !!!

Grim Dawn est un bon jeu, voir pour moi une très bonne expérience. Certes, il ne brille pas par sa plastique ni par son discours, mais il a ce « je-ne-sais-quoi » assez viscéral qui nous pousse toujours à y retourner, seul ou à plusieurs, soit pour tester une autre classe, une autre façon de jouer, soit tout simplement pour étriper des montagnes d’ennemis afin de trouver le loot ultime qui fera de notre personnage un ange de la mort prêt à tout ravager sur son passage.

Si Diablo 2 était un de vos jeux de chevet même après toutes ces années, je pense que vous allez pouvoir le laisser prendre la poussière pendant quelques mois 😉

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]