Close

Login

Close

Register

Close

Lost Password

[vc_row el_class= »tata »][vc_column width= »1/2″ el_class= »infobox »][vc_column_text]Développé par : David Wehle

Genre : Narratif, Aventure, Contemplatif

Joueur: 1

Accessibilité[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/2″ el_class= »infobox »][vc_column_text]Sortie le : 14/09/2017

Français: oui en sous-titré

Prix à la sortie: 7.99 euros (PC)

DLC: non[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text][review][/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text el_class= »textonleft »]

The First Tree est un jeu indépendant, développé par David Wehle, mêlant narration / exploration / contemplation. L’originalité du titre vient de l’univers proposé et du choix de nous raconter deux histoires en parallèle qui doivent toutes deux nous livrer un message sur la Vie et la Mort.

RENARDE UN PEU

Une fois n’est pas coutume, nous contrôlons une renarde dont le but sera de retrouver ses trois petits qui ont disparu. En parallèle, et en fonction de vos trouvailles, une seconde histoire vous sera narrée : celle d’un homme qui a vécu un drame familial et qui se confesse auprès de sa femme. Le ressenti du jeu repose beaucoup sur votre imprégnation ou non à ces deux histoires, et je dois avouer que personnellement je n’ai pas été vraiment touché. Surtout par la partie humaine que j’ai trouvée à la fois banale et conventionnelle. Néanmoins le jeu est « sauvé » par son côté exploration.

 

VIVE LE PIANO

En effet, le monde dans lequel vous allez gambader et son atmosphère sont tout à fait particuliers et envoûtants. Commençons par le must : la bande son est juste magnifique, majoritairement des thèmes au piano, elle saura jongler entre aigu et grave pour ravir vos oreilles. Graphiquement le jeu est plutôt joli, même si techniquement il est parfois très moyen de près sur certaines textures ou sur certaines animations. Il est dans l’ensemble très cohérent, coloré et plutôt diversifié, ce qui donne envie de découvrir chaque zone.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column el_class= »pouet »][vc_video link= »https://www.youtube.com/watch?v=zXgnTKzVD4E » el_class= »textonleft »][/vc_column][/vc_row][vc_row css= ».vc_custom_1525098173594{margin-top: 30px !important;} »][vc_column][vc_column_text el_class= »textonleft »]

ZONE ÉTOILÉE

Dans ce genre de jeu, généralement le gameplay est plutôt simple : on se contente d’avancer et, au fur et à mesure de notre exploration, des textes de dialogues apparaissent à l’écran, on lit et voilà. Dans The first Tree, on peut faire un poil plus : sauter, ce qui permettra de collectionner les étoiles lumineuses à travers le monde. La finalité de cette cueillette vous sera révélée à la fin du jeu. C’est une petite astuce collectionnite qui donne un peu d’utilité à la fouille de toutes les zones et, au final, c’est plutôt bien pensé car comme je l’ai dit plus haut, l’ambiance est vraiment sympa. Par contre, n’espérez pas être guidé dans ces zones, vous êtes libres et vous devrez vous en remettre à votre mémoire et à votre sens de l’orientation. Néanmoins, les différentes zones ne sont pas immenses non plus et comme votre renard peut courir, ça facilite les choses. Par ailleurs, vous pourrez débusquer des objets qui feront le lien avec la seconde histoire et la feront avancer, des artefacts « scénaristiques » en somme. De plus, le passage d’une zone à une autre nécessitera un peu de réflexion et de plate-forme. Très simple et pas prise de tête, ces phases ont le mérite de diversifier un peu l’avancement pour ne pas tomber dans une ballade mono tâche et monotone.

LA BALLADE DES GENS MALHEUREUX

J’ai trouvé ce jeu plutôt mignon et sympa à faire. Malheureusement je n’ai été que peu touché par l’histoire dramatique de l’homme, et même si celle de la renarde m’a un peu plus ému, elle n’est pas vraiment approfondie. D’autant qu’au final le message sur la Vie et la Mort est pour moi très banal. Le lien entre les histoires n’est clairement pas exploré au mieux et aurait mérité plus de réflexion. La fin n’est pour autant pas à jeter mais, comme tout le jeu, elle n’en sera pas pour autant vraiment marquante.

 

[Test réalisé à partir de la version PC]

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]