Close

Login

Close

Register

Close

Lost Password

Mobile

VIDEO | Trailer test post video

elementor ca pue du cul cette putain de surcouche de chiasse tellement pas intuitif et qui soi disant aide la communauté j’aimerai bien savoir qui decide des maj et de lergo tellement y a ruien qui est pensé pour aider les gends lambda a part les dev du fion comme d hab

logo
Accessibilité:
75
Ambiance visuelle
80
%
Ambiance sonore
80
%
Contenu
70
%
Gameplay
70
%
fun
75
%
*test réalisé à partir d'une version PS4
Ambiance visuelle
80
%
Ambiance sonore
80
%
Contenu
70
%
Gameplay
70
%
fun
75
%
  • L’ambiance générale
  • L’OST
  • Un mini univers pour chaque personnage
  • Le level design
  • L’écriture qui tient en haleine
  • Certaines mises en scène
  • La durée de vie (2h)
  • La fin (selon les goûts)

 

 

What Remains of Edith Finch est un jeu narratif à la première personne développé par le studio Giant Sparrow, sorti le 25/04/2017. Souvent cité comme l’une des références du genre, ce jeu a en effet de beaux arguments, lesquels ? Il va falloir lire un peu pour le savoir !

 

UNE FAMILLE FORMIDABLE

Edith, jeune fille de 17 ans, revient sur le lieu de son enfance. Elle a grandi avec toute sa famille dans une immense maison à l’allure un peu improbable : l’extérieur semble hostile, mais l’intérieur rappelle les bonne vieilles maisons familiales où règne un véritable bordel. De nombreuses personnes y ont vécu, dont de nombreux enfants, elle comporte donc beaucoup de pièces et surtout beaucoup de souvenirs. Edith revient en ce lieu pour tenter de mieux comprendre ce qu’il s’est passé dans cette famille… Quelle malédiction en a frappé les membres ? Pourquoi cette maison est aujourd’hui abandonnée ? Pourquoi Edith est-elle la seule encore en vie ? 

 

UNE CHAMBRE, UNE HISTOIRE

Comme à l’accoutumée dans ce genre de jeu, les mécanismes de gameplay sont simples : on déplace son personnage, on fait pivoter la caméra autour de soi à la recherche d’événements contextuels, qui déclencheront des scripts d’avancée scénaristique. Là où le jeu est malin, c’est que pour chaque souvenir d’un des personnages de la famille, une mise en scène différente prendra place. Et avec quelques interactions de gameplay propres, ce qui permet d’éviter de tomber dans une monotonie lassante sur le long terme.

 

De plus, je conseillerai de bien prendre le temps d’explorer les moindres recoins de la maison, déjà pour débloquer toutes les histoires disponibles, et aussi parce que le level design de cette demeure est une vraie réussite. On a l’impression d’être une petite souris et, à chaque fois qu’on passe une porte, on ne sait pas ce qui nous attend. Le level design est ainsi fait que des portes secrètes, des passages cachés, ou qui ne semblaient pas en être, fourmillent dans cette maison, un vrai bonheur à explorer ! Il ne faut pas pour autant vous attendre à une totale liberté puisque que votre évolution reste maîtrisée, néanmoins de temps à autre vous serez un peu plus libre et, quoiqu’il en soit, cela reste très plaisant.

 

HOME SWEET HOME

L’OST est véritablement l’un des points fort du titre, elle est vraiment sublime et vous accompagnera dans cette aventure avec une sonorité toujours juste. Les doublages (j’ai fait le jeu en anglais sous-titré FR) sont excellents et donnent du cachet à chaque personnage.

Quant aux graphismes, ils sont très satisfaisants. Pas digne d’un AAA, mais le niveau de détails de tout ce qui constitue la maison est vraiment très bien réalisé. Certaines mises en scène sont tout simplement un vent frais de créativité et immersives au possible. Preuve qu’un bon jeu n’a pas besoin d’être une vitrine technologique tant que tout est bien maîtrisé et imaginatif.

 

TROP COURT!

What Remains of Edith Finch est un très bon jeu narratif. Les efforts fournis pour rompre la monotonie du genre, aussi bien sur l’histoire que sur le gameplay, permettent à ce jeu de se démarquer des autres. Bien que la fin risque de ne pas plaire à tout le monde, l’aventure vaut le coup, et je ne peux que recommander ce jeu, et ce malgré une addition un peu salée (20 euros pour 2h)…

 

Rédacteur en chef CritiKong - Fan de gorilles et de JV qui attend désespérément Shadow Hearts 4...

Dans le même genre :

logo
Accessibilité:
63
Ambiance visuelle
60
%
Ambiance sonore
75
%
Contenu
60
%
Gameplay
55
%
fun
65
%
*test réalisé à partir d'une version PS4
Ambiance visuelle
60
%
Ambiance sonore
75
%
Contenu
60
%
Gameplay
55
%
fun
65
%
  • L'ambiance générale
  • Les couleurs
  • Les paysages
  • P.Molyneux
  • Un poil mou (pas de combats)
  • Progression lente
  • Aspect social pas top
  • P.Molyneux 🙂

 

 

The Trail est un sympathique jeu d’aventure gratuit, sur mobile, sorti le 02/11/2016 et créé par un nom bien connu du JV puisque il s’agit de Peter Molyneux (Populus, Theme Park, Fable, Godus). D’abord sorti sur Android et IOS, le jeu développé par 22 Cans est maintenant disponible sur Switch. But, prise en main et scénario assez simples mais cool.

 

L'AVENTURIER

Vous incarnez un voyageur du Royaume-Uni venu chercher un nouveau départ dans le nouveau monde (USA).Le but du jeu est de rejoindre « Eden Falls », la grande ville. Pour cela, vous traversez à pieds de nombreux paysages plutôt jolis. Le gameplay est plus que basique, le perso avance tout seul, vous gérez juste la vitesse et les prises d’objets. En touchant votre écran, vous faites apparaître une barre (jauge) de vitesse sur votre gauche, il vous suffit de la pousser vers le haut pour accélérer et vers le bas pour vous arrêter. Plus vous courez à fond longtemps, plus votre vie descend vite, donc pas besoin de vous prendre pour Usain Bolt 🙂 Ensuite, une fois votre vitesse de croisière trouvée, il ne vous reste plus qu’à ramasser les objets que vous voyez d’un simple geste. Pour cela, appuyez sur l’objet voulu et faites-le glisser jusque dans votre sac en bas de l’écran. Rien de plus facile, comme je l’ai déjà dis le gameplay est vraiment très simple, mais pas chiant pour autant.

 

Vous avancez donc tranquillement dans une ambiance sympa (je vous conseil de jouer avec un casque, c’est plus immersif et surtout le son n’est pas très fort), tout en ramassant plein d’objets différents sur votre route. A noter que certains objets sont des consommables (pommes, fraises, morceaux de lapins), de la bouffe quoi qui vous redonne un peu de PV (endurance). Je vous conseille de les manger direct surtout au début, vu que l’endurance est faible. C’est là, la seule façon de mourir du jeu, perdre toute son endurance à force de courir a fond, donc mangez ! Si jamais vous mourez c’est pas bien grave, en quelques secondes votre perso revient à la vie, le seul problème c’est que les autres joueurs qui passent par là peuvent vous piquer vos objets. Mais bien sûr vous pouvez faire pareil si vous voyez un perso au sol 😉 Le truc marrant c’est qu’il y a des tonnes de différentes choses sur le chemin mais que votre sac à dos (seul équipement de base) se remplit très vite. Il faut donc faire attention à ne pas prendre tout et n’importe quoi et à bien ranger son sac. Par contre, pour les courageux, c’est possible de faire un Tetris avec ce qui dépasse du sac, mais c’est pas simple. Le problème c’est que tout se met en vrac dans votre sac de base et qu’au bout d’un moment des trucs dépassent et tombent. Certains pantalons ont des poches, ce qui vous donnera quelques emplacements supplémentaires. Par moment vous aurez la possibilité de mettre une arme (hache, lance-pierre) sur un crochet sur votre sac, mais pas plus.

 

LE CRAFTEUR

Les feux de camp que vous trouvez un peu partout tout au long de votre périple sont les moments les plus importants du jeu. Déjà c’est ici que vous vous reposez et donc que vous récupérez de l’endurance (pv). C’est aussi là que vous pouvez vendre certains de vos objets, et surtout fabriquer plein de choses qui vous seront très utiles pour votre voyage.
Par exemple, quelques armes, lance-pierre, hache, etc. qui vous permettront de tuer des lapins, abattre des arbres… ce qui vous donnera de quoi fabriquer de meilleurs objets ou de remplir vos objectifs, qui vous donneront des « recettes » pour la fabrication d’objets ou de vêtements. Vous devez quand même presque tout miser sur la fabrication de vêtements, car c’est grâce à eux que vous pourrez améliorer votre endurance (PV) et ainsi courir plus longtemps.

Parce que oui, je vous ai pas dis, mais vous passerez beaucoup de temps en slip au début du jeu, parce que c’est assez difficile de trouver de quoi fabriquer de bons vêtements, et qu’il ne durent pas très longtemps non plus. A vous de bien gérer vos fabrications et vos objets. Et pensez bien à vendre certains trucs pour gagner de l’argent qui vous permettra d’avancer dans le jeu.

EDEN FALLS

Le but est donc d’aller jusqu’à Eden Falls pour vous y installer. Pendant votre périple, de temps en temps à certains feux de camp, vous verrez un postier qui vous donnera des lettres de votre famille restée au pays. C’est là, la trame scénaristique du jeu. Prenez bien le temps de lire les lettres car vous devrez y répondre paragraphe par paragraphe, avec plusieurs choix de réponses à chaque fois, ce qui donnera des échanges différents avec vos proches suivant vos réponses.

Mais revenons à nos lapins… avant d’atteindre votre but vous passerez par plusieurs autres villes où vous pourrez acheter une maison si vous voulez. Vous pourrez ainsi choisir un métier (différents selon la maison) ou vous apprendrez de nouvelles recettes qui vous permettront d’interagir avec d’autres joueurs de votre ville (j’ai peu fait ça et ne peux pas trop vous en dire plus), je vous laisse donc découvrir ça par vous même 🙂

En bref le jeu est sympa, posé, sans combats et sans véritable mort. On progresse tranquillement dans une ambiance sympa. Si vous voulez de l’action, passez votre chemin, sinon c’est plutôt cool.

 

Rédacteur en chef CritiKong - Fan de gorilles et de JV qui attend désespérément Shadow Hearts 4...

Dans le même genre :

Autres vidéos sympas :